La visite du château de Rochefort-en-Yvelines s’est déroulée le samedi 23 janvier. Le projet portait vers la possibilité de le transformer en une Oasis Colibri (lieu de vie et lieu de ressources, écologique et participatif).
L’endroit se situe dans un château Louis XIII, 1 000 m2 habitables, 3 ha de terrain en bordure de forêt (voir documents ci-joints) à Rochefort-en-YvelinesChâteaufacade (à 7 km de Dourdan, 9 km de la Celle-les-Bordes, 17 km de Rambouillet).

Il s’agirait de transformer ce lieu en habitat partagé (ou participatif) avec une petite activité agricole (permaculture), tout en y organisant un lieu de bien-être : stages (yoga, méditation…, projets artistiques, fab labs…). 
C’est un projet qui peut évoluer, il est ouvert à toute proposition.
De plus, la démarche s’inscrit complètement dans les objectifs du Parc de Chevreuse pour l’habitat participatif. Nous pourrons les solliciter, notamment une urbaniste et une paysagiste pour nous conseiller et pour intervenir auprès des administrations
Un représentant des Oasis Colibris et deux architectes nous ont accompagnés.

Plan château

 

Une réflexion pourrait se faire sur un habitat participatif ou partagé (à inclure dans un programme municipal ou un projet privé ?). voir le projet de la Verrière.

 

Une réunion est à prévoir pour lancer un projet.

Il est un vecteur de modernité et une réponse écologique et social et peut utiliser les nouvelles technologies. En Suède net en Norvège, il représente entre 15 et 20 % du parc immobilier.
L’habitat participatif est une troisième voie : il réduit l’étalement urbain, les coûts de construction et d’usage.
Les économies possibles sur la construction d’un programme neuf sont de l’ordre de 5 à 17 % (livre blanc sur l’habitat participatif en 2011).
Il permet aussi des économies à l’usage de 25 % (chauffage, entretien, énergie…).
Il est avant tout un vecteur de lien social, un outil à tisser du vivre ensemble.

Dans les années 1970, ce sont les famille d’Europe du Nord qui créent les premiers « habitats partagés ». Au centre de leur préoccupation, le sentiment d’élever leurs enfant dans de meilleures conditions, de nouer une vie plus solidaire basée sur l’entraide et le partage des tâches répétitives (repas pris en charge à tour de rôle, permettant de libérer du temps pour les femmes).

Statut juridique
• Copropriété qui achète le foncier (via un notaire) et prend en charge la construction (méthode adaptée pour les petits habitants (3 à 4 familles). Cette forme juridique permet d’échapper aux contraintes juridiques de la SCI.
• Société civile coopérative de construction (SCCC). Le statut des logements peut-être l’attribution en jouissance ou en propriété. On peut faire une copropriété parallèle à la SCCC.
• SCI d’attribution (interdit l’investissement locatif).

 Sur Rambouillet et sa région, un groupe de personnes est intéressé par cette démarche.
Cependant il faut constituer un groupe d’élaboration technique du projet.

Ci-dessous des liens intéressants sur l’habitat groupé  :

– Habitats groupés en locatif social
– un architecte qui a l’habitude des projets d’habitat groupés 
– Plateforme de l’habitat participatif
– http://www.leprojeteden.fr/le-collectif.html

L’autoconstruction en maison de paille qui peut s’avérer très économique et surtout d’une isolation incomparable :
http://www.compaillons.eu/