Agenda 21

19298086SOYONS UTOPISTES,
construisons l’agenda 21 de nos communes

Les débats, sur notre mode de vie futur sur le territoire, ont commencé en septembre 2014 au cinéma Vox de Rambouillet par la soirée-débat du lancement de l’AGENDA 21* (voir explications) organisée par la Communauté de Communes de Plaines et Forêts d’Yveline (devenu Rambouillet Territoires) avec la projection du film accusateur de Coline Serreau qui  alerte sur la destruction de notre agriculture et ouvre des voies de discussion pour notre avenir.

La réunion de synthèse du 2 décembre, sur les débats avec les habitants, a montré des pistes d’action possibles malgré le non dépouillement des questionnaires remplis pendant ces trois mois ; ainsi, les colibris ont proposé un projet de broyeur collectif de végétaux et de faire vivre une commission pour développer les cantines bio (voir page projets à moyen et court terme).

Il a été abordé le problème de l’arrêt des œufs bio de la Bergerie mais sans aucune volonté de solution.

Maintenant, il faut s’interroger sur le choix que fera le comité de pilotage pour élaborer un plan d’action qui soit à la hauteur des enjeux de demain.

Des réunions de réflexion se sont tenues d’octobre à décembre :

Sonchamp : « Être solidaire »

Après la présentation d’une synthèse du diagnostic du territoire devant une vingtaine de personnes, un dialogue constructif s’est déroulé.

Rambouillet : « Travailler et consommer responsable »

La discussion a donné quelques pistes :
– développer les cantines bio
– favoriser la production locale lors des appels d’offres des marchés publics,
– créer une réserve foncière en bio pour l’installation des jeunes agriculteurs,
– créer une coopérative d’achat pour les matériaux d’isolation, les panneaux solaires…

Auffargis« Se déplacer sur le territoire de PFY »

La discussion a donné quelques pistes :
– Devant la proposition d’élus de voitures électriques du groupe Bolloré, les habitants proposèrent la mise en place d’un système de covoiturage local, un pédibus, favoriser transports doux pour les liaisons interquartiers et la traversée des villes et villages…

Rochefort-en-Yvelines  « Habiter sur le territoire de PFY »

Une SYNTHÈSE de la concertation le 2 décembre à Rambouillet :

La présentation des documents de synthèse des différentes réunions avec les habitants a laissé plané un vent de confusion.
De plus, les questionnaires de la Communauté de communes (une centaine) n’avaient pas été dépouillés.
Les réflexions des habitants se concrètiseront-elles ? Espérons que les propositions seront à la mesure des enjeux de l’agenda 21 qui devrait être un programme qui se nourrit des bonnes idées des habitants ; qu’en sera-t-il ? A suivre

C’EST QUOI L’AGENDA 21 ?

C’est un plan d’action pour le XXIe siècle adopté par 173 chefs d’État lors du sommet de la Terre, à Rio, en 1992.
Avec ses 40 chapitres, ce plan d’action décrit les secteurs où le développement durable doit s’appliquer dans le cadre des collectivités territoriales. Il formule des recommandations dans des domaines aussi variés que :
• la pauvreté.
• la santé ;
• le logement ;
• la pollution de l’air ;
• la gestion des mers, des forêts et des montagnes ;
• la désertification ;
• la gestion des ressources en eau et de l’assainissement ;
• la gestion de l’agriculture ;
• la gestion des déchets ;

Ce que devrait être l’agenda 21 :

Une feuille de route élaborée d’après une concertation publique (les officiels devraient se faire discrets et chacun des habitant pourra dire ce qui lui tient à cœur).
Elle est décidée ensemble, avec les entreprises, les associations et les habitants (démocratie participative).
La démarche est initiée par la Communauté de communes et conduite avec la population.
L’agenda agit sur trois piliers : l’économique, le social et la préservation de l’environnement.
Voici les démarches :
1. Diagnostic pour dégager des marges de progrès ; socle commun indispensable pour mener une concertation. Les conclusions du diagnostic permettront de définir la stratégie, les grands axes puis le programme d’actions.
2. Concertation
3. Plan d’action

L’avenir assombri de la Bergerie

aa69643337En plein discussion sur l’agenda 21, la Bergerie nationale ferme l’aviculture dans l’indifférence totale.

Les poulaillers ont besoin de rénovation et la mireuse doit être remise aux normes.Pourtant, selon le diagnostic du territoire qui vient d’être établi pour préparer la discussion de l’agenda 21, la Bergerie est un atout !

Or, après la disparition de l’atelier de préparation, c’est au tour de l’aviculture*. Il manque 20 000 € pour continuer en l’état ! A plus terme il manque : 200 000 € pour refaire les poulaillers, le financement de la réfection du pigeonnier…
Pendant que les habitants sont invités à proposer des solutions pour préparer l’avenir de notre région sur les thèmes de l’agenda 21 (agriculture, économie locale…), les responsables du territoire, se réuniront-il pour tenir une table ronde afin de trouver une solution viable qui évitera à terme la disparition de la ferme ? La fermeture de l’aviculture va à l’encontre d’une politique de développement durable sur le territoire  : produire local, alimentation bio, développement agricole vertueux,

*Selon un article paru début octobre dans Les Nouvelles, la bergerie fournit 50 % des œufs bio de l’Ile-de France (avec 1 000 poules pondeuses) dont des amap. Les 1600 poules qui devaient remplacer les anciennes n’arriveront plus.

 

  • Vous pouvez utiliser ces mots-clés HTML : <a> <abbr> <acronym> <b> <blockquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <s> <strike> <strong>

  • Flux de commentaires pour cet article
Haut de page